Laurent DUFOUR

Site Internet: http://www.laurentdufour.net

Portfolio: Laurent DUFOUR

Matériels numérique: Canon 5D mark II
Matériels argentique: Hasselblad 500 CM, Minox GTE, Canon EOS 50E,
Fuji X100

 

J’ai commencé à m’intéresser à la photographie avec mon grand père, qui possédait un Leica. J’étais encore un gamin, je devais avoir 9 ou 10 ans. J’ai pratiqué ensuite très épisodiquement jusqu’à l’âge de 15 ans où j’ai arrêté.
J’ai repris la pratique lorsque j’avais une vingtaine d’années, toujours pas très assidument, avec des compacts argentiques Kodak®, ma marque fétiche à l’époque, et ce jusqu’à l'âge de 25 ans. Je prenais alors beaucoup de photos durant mes voyages, toujours en faisant faire les développements par des laboratoires comme celui de la FNAC®, aujourd’hui avec le recul pas forcement le meilleur choix au niveau des tirages. J’ai ainsi continué la photographie en me passionnant de plus en plus pour cet art et pour la photographie de rue, au point de partir le matin pour mon travail avec en poche ou dans mon sac, un appareil photo depuis environ cinq ans. L’important est de l’emmener avec moi, de l’avoir toujours à portée de main pour saisir un instant de cette vie parisienne dont je suis moi-même un acteur.

Comme on le sait, c’est toujours dans les moments les plus anodins que le plus improbable se produit, ces « instants décisifs » tant recherchés par le photographe de rue que je suis. Mais pas seulement cela, car parfois la contemplation me guette, je ne la fuis pas, et je la fais mienne. Je me mets dans la peau de celui qui découvre, de celui qui renait à la vie. J’arpente les rues avec ardeur, à pied, à vélo, en taxi, en métro, en bus, et j’atterris toujours dans des lieux auxquels je ne m’attends jamais. Ainsi, je ne traque pas la belle image, j’essaie de capturer le temps, celui qui nous échappe à tous.

Étant parisien de naissance et fervent admirateur des photographes du courant « humaniste », je vous propose des photos de la vie quotidienne à Paris. Celle qui nous file entre les doigts sans que nous ne prenions la peine de la voir. Ces petits moments que nous regrettons amèrement quelques années plus tard, une fois passés, et dont nous n’avons pas saisi l’importance au moment même où ils se déroulaient devant nos yeux.

Dans cette optique, tous les moments sont bons à capter. Tout est prétexte à une vie riche en rencontres, en lieux de villégiature, de troquets en bistrots, de cinémas en musées, d’un bus à un autre, d’un marché à un jardin, d’une rue bruyante à un lieu de solitude où le calme règne loin des grandes artères. C’est cette vie là que je veux vous montrer par mes photographies ici réunies. Nul besoin d’aller chercher un soleil lointain, la grisaille parisienne me convient très bien, et la photographie en noir et blanc s’y prête à merveille.

Point de violences, point de misère dans mes photographies. Non, c’est une autre vision de Paris que je vous propose certes aseptisée diront certains, mais pour ceux là les journaux télévisés et les grands quotidiens regorgent de ces faits divers. Ma photographie ne sert pas à cela et je laisse cette tâche à d’autres photographes qui en ont fait leur spécialité. Moi, je veux vous montrer qu’une vie ordinaire peut être aussi appréciable qu’une pièce de grand boulevard dont le metteur en scène mais aussi le spectateur, serait vous-même.

 

Retour aux Photographes

Retour à l'Accueil

Document sans titre
 
Copyright Regards Parisiens 2011-2014. Reproduction interdite.
Textes et photographies sont la propriété des auteurs.